Archives mensuelles : avril 2008

Symfony sans virtual host

Je vois dans mes stats qu’un internaute est tombé sur mon site en cherchant dans google : « symfony sans virtualhost ». Je vois bien son problème, toutefois, je ne donne pas cette astuce.

Pour me faire pardonner, la voici donc.

En fait, un problème survient si vous utilisez le générateur d’admin avec le thème par défaut ou bien la barre de débogage Symfony (en mode dev par exemple), symfony va faire appel a des fichiers javascripts ou css qu’il espère trouver dans un répertoire nommé /sf/.

Voila pourquoi la documentation de symfony vous propose de créer un virtual host avec un alias pointant vers ce fameux répertoire.

Pour un développeur, qui instancie un projet symfony sur son poste de travail, cette pratique n’est pas vraiment obligatoire.

Il faut tout d’abord trouver où sont les fichiers sur votre disque qui doivent apparaitre sous /sf.

Dans le cas d’une installation via PEAR ils seront sous PEAR_INSTALL_DIR/data/symfony/web/sf/. Si vous êtes sous Mac et que vous utilisez les binaires fournis par entropy.ch (voir ce post pour plus d’infos) cela doit donner un chemin comme ça :
/usr/local/php5/lib/php/data/symfony/web/sf/

Si vous utilisez un external svn pour installer symfony, en liant le dépot svn au répertoire data/symfony, les fichiers seront sous data/symfony/data/web/sf.

Ceci fait, deux choix rapides s’offrent à vous :

  1. copier brutalement le répertoire sf sous le dossier web,
  2. faire un lien symbolique (si votre OS le permet) dans le dossier web comme ça :

ln -s /usr/local/php5/lib/php/data/symfony/web/sf/ web/sf

(votre serveur Apache doit être configuré pour suivre les liens symboliques)

et voila.

ps : avec une sandbox ou un projet freezé, vous n’aurez pas ce souci, les fichiers étant copiés dans le répertoire web.

Publicités

Vente de proximité via circuit court

Je me permets de relayer une initiative locale vue sur un blog de libé. Une épicerie de quartier à Lyon, essayant de privilégier la qualité et le prix en faisant le plus possible travailler les acteurs locaux et en diminuant les intermédiaires.

Apparemment, pour l’instant le modèle économique reste fragile bien que les clients semblent plus que ravis de cette initiative.

Personnellement je pense que ce modèle devrait pouvoir se développer ; le public est réceptif et la conjoncture économique (pétrole cher notamment) ainsi que politique (l’écologie n’est plus un gros mot) est favorable.

Flickr gère maintenant les vidéos

J’attendais beaucoup de cette fonction, car j’ai toujours trouvé les services Flickr d’une finition vraiment magnifique. Pour un lancement, Flickr a vraiment pensé à tout (voir la page d’aide du service) comme l’affichage plein écran, la gestion des droits, l’insertion des vidéos dans les pools et le partage de ces dernières sur un blog (et j’imagine, l’API de programmation de Flickr).

Il y a encore quelques gags de traduction.

Mais le résultat est pas mal.

La différence majeure avec les concurrents de Flickr vidéo (Youtube et consort) est que le service n’est accessible qu’aux détenteurs d’un compte pro (payant). Je pense finalement que l’idée est plus de se démarquer des autres sites permettant de partager des photos et de fidéliser les utilisateurs, que de grapiller des parts de marché.

Nous verrons bien comment les utilisateurs vont s’approprier le service.

Google présente : Google Street

Google complète encore son offre autour de la géolocalisation avec la possibilité maintenant de se promener virtuellement dans certaine villes américaines.

Je vous invite à jeter un coup d’oeil à la présentation du web specialist de Google à ce sujet.

Pour l’instant seul les USA sont couverts mais on peut s’attendre un plus grand nombre de villes dans le futur.

Voici quelques aperçus en image :

L’API de Google maps semble intégrer ces éléments.

Un outils en ligne bien pratique pour optimiser le temps de chargement d’une page web

La société Pingdom propose un outils gratuit pour auditer facilement le temps de chargement d’une page web : Full page test.

Une fois terminé, le test présente un tableau indiquant tous les éléments qui ont été téléchargés et surtout il permet de différencier les temps de connexion, de réaction de votre serveur et de téléchargement.

Enfin, vous avez un petit récapitulatif pour la page en question :

Voici un exemple de résultat avec mon cv.