Archives mensuelles : février 2008

GDF 1 – Clever Age 0

Une explosion de gaz a eu lieu en face de chez Clever Age Lyon.

(photo de l’AFP)

Pas de blessés chez nous mais une bonne frayeur. Nous avons été évacué 30 minutes avant l’explosion. A plus de 300 mètres, les murs ont tremblés ! Mes collègues qui sont allé ensuite voir sur place m’ont rapporté des flammes de plusieurs mètres de haut. Ce soir l’immeuble ne brule plus mais les pompiers l’arrosent encore. Je verrais bien demain l’état de nos locaux ! 😦

Plus d’informations :

PHP va t’il enfin prendre un virage décisif ?

Le langage PHP a été crée en 1994 au niveau des versions 1 et 2 il ne valait pas grand chose.

php.gifLa version 3 a changé la donne, notamment par le fait que certains hébergeurs proposaient à bas prix des services tout public disposant de PHP3. Différents clichés sont apparus alors :

  • PHP est rapide,
  • PHP est simple,
  • PHP c’est bon pour les étudiants, les associations ou les universitaires sans moyens, pas pour les pros,
  • PHP n’est bon que pour les site internet sans contraintes de sécurité ni de robustesse.

Ces clichés – tous de contre vérités – ont la vie dure et persistent encore chez de nombreux décideurs. J’en parlerais dans un prochain article.

Les versions 4 et 5 ont nettement amélioré le langage : modèle objet, fonctions du langage plus complètes, nombreuses extensions intégrées (avec notamment l’adhésion de la plupart des bases de données du marché).

Associée à cela, on a observé l’apparition de librairies de bonnes qualités, une avalanche de produits, open-source pour la plupart, et plus récemment de frameworks permettant de cadrer et d’accélérer des développements. Enfin d’importantes sociétés ont annoncé leur support à PHP comme IBM.

Dans le même temps, les autres technologies « concurrentes » de PHP ont nettement conforté leur avance. Dans le monde professionnel, des « choix groupes » ont été fait excluant (avec raison) PHP et privilégiant en général les technologies Microsoft (Visual Basic et .Net) et Java.

PHP a largement rattrapé son retard dans le monde du web. L’immense majorité des nouvelles applications sont des applications clients légers ; techniquement, PHP a prouvé être une solution valable. Aujourd’hui la plupart des nouvelles applications populaires utilisées à travers le monde sont écrites en PHP (Flickr, FaceBook, les applications de Yahoo! …) (à l’exception notable de Google qui, selon moi, développe ses propres applications en Java). De manière générale les start-ups et de nombreux nouveaux projets font le choix de PHP.

Voici quelques explications que je trouve face à ce constat :

  • bien géré, le rendement d’une équipe de dev PHP semble supérieur aux autres technologies,
  • Java et .Net ne disposent pas de solution RAD pour le web à proprement parler (il faut assembler différentes briques pour y parvenir),
  • il est plus facile de prototyper rapidement en PHP et donc, de passer des étapes difficiles pour les nouvelles sociétés (levées de fond, …),
  • les développeurs PHP semblent un peu plus « 4×4 » que leurs homologues en maitrisant souvent d’autres aspects corolaires au développement web comme le CSS ou le Javascript (idéal pour produire des applications « web 2.0 »),
  • l’outillage et l’offre de briques tierces autour de PHP sont pléthoriques (c’est à la limite de l’handicap tant les processus de sélection sont difficiles)

Toutefois, je ne reste qu’à moitié satisfait par ces explications. Qu’en pensez-vous de votre côté ?

Pourquoi PHP réussi t’il si bien dans un contexte de start-up ? PHP va t’il enfin trouver sa place dans les grands comptes ?

Mise en ligne de clever-age.org

Le site clever-age.org est en ligne. Celui ci à pour but de mettre à disposition et promouvoir les différents projets open-source crées par la société. (voir l’annonce de lancement du site).

Je vous conseille d’aller jeter un coup d’œil au projet cleverbox. La cleverbox vous permet de déployer très rapidement des instances de Trac+Subversion adaptées à chacun de vos projets. C’est l’idéal si il vous faut de la vitesse et de l’agilité.

Acheter des prestations en informatique – #3 – Comment garantir la qualité du code de vos développements au forfait

De nombreux décideurs commandent des réalisations de développement informatique au forfait. Admettons que le besoin soit bien formulé, que les choix technologiques soient pertinents et que le respect du cahier des charges fasse l’objet d’un contrôle rigoureux ; l’objectif du forfait est de border l’enveloppe budgétaire qui va permettre de réaliser ce projet. Ce qui est souvent mal compris c’est qu’un projet dont le code est mal réalisé risque d’entraîner un surcoût important lors de la vie de ce projet.

Cet article fait partie de la série : Acheter des prestations informatiques.

Lire la suite